Mme Roselyne Mogin-Martin, PR honoraire à l’Université d’Angers et Vice-Présidente de l'Association des Professeurs de Langues Vivantes, nous communique le texte du courrier que l'association adresse au Premier Ministre, ainsi qu’à la Ministre de l’enseignement supérieur. 
 
Les deux textes du 3 avril 2020 publiés au Journal Officiel du 5 avril constituent les deux volets d’un même projet. Le premier, un décret émanant du premier ministre, subordonne l’obtention du BTS à une certification du niveau en anglais des candidats (1). Le second, un arrêté émanant de la ministre de l’Enseignement Supérieur, porte sur les certifications en langue dans le cadre des licences, licences professionnelles et DUT (2). Ces textes visent à mettre en œuvre la certification en anglais présentée par le premier ministre dans son discours à Croix le 23 février 2018 et reprise dans le projet de loi de finance de l’enseignement supérieur 2020. Ce dispositif a été chiffré à 3,1 M€ pour 38 000 étudiants à la rentrée 2020 et prévoyait une généralisation à l’ensemble des 400 000 étudiants du pays à la rentrée 2022.
 
Cette certification en anglais représentera donc à partir de la rentrée 2022 une facture annuelle de plus de 32 millions d’euros. On peut s’interroger sur l’intérêt de cette dépense conséquente, surtout dans la période actuelle d’augmentation du déficit de l’Etat.
 
Subordonner l’obtention d’un diplôme à la passation d’une certification extérieure pose de nombreux problèmes :
 
1. Dans son discours, le premier ministre déclarait :
« A terme, chaque étudiant […] au plus tard en fin de licence aura passé un test de type Cambridge, IELTS, financé par l’Etat, et qui donnera donc un niveau reconnu partout à l’étranger ».
Les examinateurs recrutés par des prestataires extérieurs ne sont pas soumis aux mêmes exigences déontologiques que les professeurs de l’Etat, et les contestations de notes par les candidats ou les demandes d’explications seront impossibles.
 
2. L’évaluation des capacités des candidats aux examens fait partie des obligations de service des professeurs de l’Education Nationale, qui sont formés à cette tâche. Les professeurs de langue du secondaire (qui enseignent en BTS) comme ceux du supérieur utilisent aujourd’hui le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues et c’est en fonction de ce CECRL qu’ils évaluent les candidats dans le cadre de jurys d’examen. Ils sont donc à même de valider ou non l’acquisition d’un niveau de langue par les étudiants. Par ailleurs, l’université française a développé ses propres certifications, comme le certificat de compétences en langues pour l’enseignement supérieur (CLES), qui certifie les compétences opérationnelles en langues non natives sur la base du CECRL (allemand, anglais, espagnol, italien, portugais, etc.). Il s’adresse aux étudiants engagés dans un cursus diplômant du supérieur, teste toutes les activités langagières, de compréhension et de production, orales et écrites, et ne demande qu’à être mieux reconnu à l’international.
 
3. Au plan pédagogique, subordonner l’obtention d’un diplôme à une certification en langue anglaise aura inévitablement un effet sur le travail des étudiants en cours d’anglais. L’Education Nationale, du primaire à l’université, enseigne toutes les langues dans le cadre d’une réflexion culturelle et humaniste. Réduire l’anglais à un système linguistique et à un outil de communication utilitaire revient à priver les étudiants de cette réflexion indispensable. Pourquoi travailleraient-ils les thématiques du programme de leur lycée, de leur IUT ou de leur université, pourquoi feraient-ils l’effort d’acquérir les méthodes de travail préconisées par leurs enseignants s’ils savent que la réussite à l’examen qu’ils préparent est subordonnée à un test de langue inspiré par d’autres critères et ayant d’autres contenus ?
 
4. Les tests anglo-saxons (IELTS, TOEIC, TOEFL) ont une durée de validité de deux ans. C’est-à-dire que les imposer au niveau bac + 2 ou bac + 3 n’a, pour tous les étudiants qui envisagent une poursuite d’études au-delà du BTS, du DUT ou de la licence, aucun sens. On ne comprend pas comment l’Etat peut justifier la dépense de millions d’euros chaque année pour ces milliers d’étudiants qui n’ont pas le projet d’une entrée immédiate sur le marché du travail.
 
5. Le dernier point contestable est que les étudiants de BTS, d’IUT ou de licence professionnelle n’auront pas le choix de la langue vivante qu’ils devront certifier. Cette langue sera obligatoirement l’anglais. Il est inacceptable de réserver à cette langue un traitement spécifique, parce que, pour commercer à l’international, l’anglais ne suffit pas et que l’aisance dans d’autres langues, celles de nos partenaires européens les plus importants et, au-delà, celles d’autres pays avec qui le commerce est appelé à se développer, est un atout qui rend les jeunes techniciens, ingénieurs, commerciaux, etc., bien plus employables.
Les étudiants de licence pourront, semble-t-il, obtenir des certifications de leur niveau dans d’autres langues que l’anglais, mais le décret ne précise pas qui financera ces certifications-là : de toute manière, que ce soit les étudiants eux-mêmes ou leurs universités, le coût risque d’être dans la majorité des cas dissuasif.
 
Pour ces différentes raisons, imposer une certification de leur niveau en anglais aux étudiants de BTS, DUT, licence et licence professionnelle est en fait une très mauvaise idée, de surcroît très coûteuse. L’APLV a exprimé, dès le 7 mars 2018, son désaccord avec les propositions du premier ministre (https://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article6933) et récemment son opposition aux deux décrets (https://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article8085 et https://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article8086). Nous demandons encore une fois aujourd’hui au premier ministre et à la ministre de l’Enseignement Supérieur de retirer les deux textes publiés le 5 avril au Journal Officiel.
 
(1)   Décret n° 2020-398 du 3 avril 2020 relatif à la certification en langue anglaise pour les candidats à l'examen du brevet de technicien supérieur et modifiant le code de l'éducation.
(2)   Arrêté du 3 avril 2020 relatif à la certification en langue anglaise pour les candidats inscrits aux diplômes nationaux de licence, de licence professionnelle et au diplôme universitaire de technologie.
 

Agenda

Février 2021
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28

Appels à communication

IV Congrès Réseau International ALEC "Les Aînés dans le Monde au XXI° siècle. Vivre ensemble" - 07/05/2021
Appel à contribution - revue HispanismeS - 11/07/2021
Le concept d'outsider - 30/03/2021
Appel à contribution pour la Revista de Estudos Literários du Centre de Littérature Portugaise de l’Université de Coimbra - 31/07/2021
Appel à dossiers, contributions CCEC - 12/10/2021
Appel à direction Revue Textes et Contextes 17.2 - 15/05/2021
Genre et Féminismes dans les Amériques latines [GeFemLat] - 07/06/2021
Echanges, représentations et résistances dans le monde Afro hispano-américain - 02/06/2021
Mémoires dans la Caraïbe et les Amériques - 01/06/2023
Colloque « Espagne-Maghreb : migrations croisées, du Moyen-Âge à nos jours » - 31/03/2021
Journée d'étude : Comment traduire pour les jeunes générations? - 23/03/2021
La construcción biográfica del escritor en la modernidad temprana - 15/04/2021
Années 1920 : espaces ibériques et visions transatlantiques - 30/04/2021
Poste de doctorant.e "Imaginaires lesbiens dans la littérature de langue espagnole (2005-2020)" - 01/03/2021
Les représentations du Pérou et le bicentenaire de l'indépendance - 15/03/2021
“CUM FINIS”. MUJERES EN LOS CONFINES DE SÍ MISMAS - 30/04/2021
Comprendre les expériences transnationales : Mobilités et histoire des émotions (16e-21e siècles) - 26/02/2021
Colloque international "Afrohispanismes contemporains. Histoires, cultures et littératures de Guinée Equatoriale" - 11/06/2021

Congrés, colloques et journées d'étude

08/02/2021 - IV Congrès Réseau International ALEC "Les Aînés dans le Monde au XXI° siècle. Vivre ensemble"
10/02/2021 - Appel à contribution - revue HispanismeS
10/02/2021 - Le concept d'outsider
11/02/2021 - Appel à contribution pour la Revista de Estudos Literários du Centre de Littérature Portugaise de l’Université de Coimbra
11/02/2021 - Appel à dossiers, contributions CCEC
12/02/2021 - Appel à direction Revue Textes et Contextes 17.2
12/02/2021 - Genre et Féminismes dans les Amériques latines [GeFemLat]
13/02/2021 - Echanges, représentations et résistances dans le monde Afro hispano-américain
13/02/2021 - Mémoires dans la Caraïbe et les Amériques
14/02/2021 - Colloque « Espagne-Maghreb : migrations croisées, du Moyen-Âge à nos jours »
14/02/2021 - Journée d'étude : Comment traduire pour les jeunes générations?
15/02/2021 - La construcción biográfica del escritor en la modernidad temprana
16/02/2021 - Années 1920 : espaces ibériques et visions transatlantiques
16/02/2021 - Poste de doctorant.e "Imaginaires lesbiens dans la littérature de langue espagnole (2005-2020)"
16/02/2021 - Les représentations du Pérou et le bicentenaire de l'indépendance
18/02/2021 - “CUM FINIS”. MUJERES EN LOS CONFINES DE SÍ MISMAS
21/02/2021 - Comprendre les expériences transnationales : Mobilités et histoire des émotions (16e-21e siècles)
10/06/2021 - Colloque international "Afrohispanismes contemporains. Histoires, cultures et littératures de Guinée Equatoriale"

Annonces

Aucun événement
Aller au haut