Événements

Événements

Appel à contribution – Autoportraits intimes Télécharger au format iCal
 

Les membres du laboratoire ERIMIT (EA 4327 – Université de Rennes 2) se sont donné comme objectif de réfléchir aux notions d’intimité et d’extimité. C’est dans ce cadre que nous proposons de nous pencher sur le concept de "nude", ces autoportraits intimes que l'on envoie à l'élu.e de son cœur ou de son corps (ou les deux). La recherche menée ne se matérialisera pas sous la forme traditionnelle d'une journée d'études ou d'une publication mais sous la forme d’une exposition d’autoportraits intimes dont les cartels seront rédigés par des spécialistes de la question du corps, du genre, de la représentation, de l’intimité, de l’extimité (chercheurs, photographes, commissaires d’exposition, artistes, sociologues, psychologues…). Par cette modalité expositive, nous souhaitons renouveler nos pratiques de recherche et atteindre des publics différents.*

 
Cette exposition est organisée en partenariat avec le Service culturel de l’Université de Rennes 2 et la galerie d’art L’Artère, située à Quimperlé. Elle sera itinérante. La scénographie proposée va permettre de préserver la pudeur des spectateurs non avertis. Les photographies se déroberont sous des voilages ou seront occultées dans des écrins qui inviteront les spectateurs à les découvrir.
 
Quant aux autoportraits, ils auront été envoyés par des personnes consentantes, souhaitant participer à ce travail de recherche, au croisement de l’expérience artistique et anthropologique.
 
Cet appel à contribution vise donc à recueillir des propositions pour la rédaction des cartels accompagnant les autoportraits. Si vous souhaitez contribuer à l’exposition en envoyant un autoportrait, vous trouverez ici les informations utiles : https://sites-recherche.univ-rennes2.fr/erimit/activites/appel-a-contribution-autoportraits-denudes/
 
 
Paradoxes
 
Ce projet est né de plusieurs questionnements sur la corporalité et s’inscrit dans le prolongement de différents travaux sur le corps menés ces dernières années par des chercheuses, des chercheurs, des artistes et des journalistes.
Lorsqu’on évoque les corps, plusieurs paradoxes surgissent et ils sont liés à des injonctions, des obligations culturelles qui modèlent nos rapports à nous-mêmes et aux autres. En ce qui concerne le rapport au corps des femmes, il est courant, par exemple, que l’on s’autorise à toucher spontanément le ventre d’une femme enceinte. La figure maternelle semble dissociée de la sexualité (alors que c’est précisément un acte sexuel qui conduit, dans la majorité des cas, à la gestation). Nos constructions culturelles nous poussent à penser que l’état gestationnel suspend le caractère érotique d’un corps féminin. Or, au contraire, ce corps redevient érotique et bouscule la pudeur lorsque la mère donne le sein à son bébé dans l’espace public. De toute évidence, cette première contradiction révèle une incohérence de ces normes, d’un point de vue féminin. Elle met en évidence que le regard porté sur ces corps est allogène, extérieur, non féminin. Dans ces-mêmes constructions culturelles, le corps des hommes est associé aux codes de la virilité. Cela implique notamment une attention portée à son corps de façon à ce qu’il renvoie à l’idée de puissance. Or, si l’on s’aventurait à toucher une musculature, spontanément, sans même connaître l’individu, en adoptant une expression fascinée et en félicitant avec enthousiasme l’heureux porteur de ces muscles, cela créerait un malaise, voire un dégoût, dans le meilleur des cas, à un fou rire. A travers ces deux exemples, le poids normatif du regard masculin sur les questions de morale et de corps est évident.
 
Dualité d’un corps nu
 
La nudité aussi s’est construite sur des paradoxes. Elle peut renvoyer à l’innocence ou à la sexualité (à « la mère ou la putain »). Le droit distingue d’ailleurs nudité décente et indécente et la morale oppose nudité innocente (associée à l’idée de naturalité, de fragilité, de parentalité) et nudité obscène (érotique, animale, sexuelle). L’art différencie le nu académique et le nu érotique. L’image d’un corps nu est accueillie en fonction de l’idée que chacun.e se fait de la décence et de la transgression.
 
Lorsque le corps nu est montré, la même ambigüité persiste. Se mettre à nu, c’est à la fois se délester des enveloppes culturelles qu’on porte au quotidien et qui nous préserve de l’autre (de la vue, du toucher). La nudité nous dépouille également de nos marqueurs sociaux. Mais la nudité révèle aussi des constructions culturelles et genrées. Dévoilé, le corps peut mettre en évidence les inégalités de genre. La nudité n’est pas tolérée de la même façon si l’on est une femme ou un homme. On rappellera ici l’exemple d’un homme torse nu et d’une femme torse nu dans l’espace public. Ou encore la différence du regard porté sur des portraits d’hommes nus (calendrier des Dieux du stade) ou de femmes nues (calendrier Pirelli). Comme le souligne très justement Juliette Gaté, le nu féminin devient « l’objet d’un désir transcendé, entre jouissance esthétique et jouissance érotique ». Le regard porté est dissymétrique et le corps féminin sera davantage sexualisé, le sujet perd son caractère pensant pour devenir un objet offert au regard. A quel moment le regard devient-il érotique ? Ce que l’on peut affirmer, c’est que ce glissement est différencié, selon qu’il s’agisse d’un regard masculin ou féminin porté sur un corps. Le regard masculin a tendance à érotiser rapidement un corps, nu ou non.
 
Constructions, déconstructions, reconstructions
 
Cet imaginaire érotique hétérosexuel s’est construit au fil des siècles et a dessiné des espaces bien délimités et acceptés socialement où s’exerce le droit d’exhiber un corps nu : la chambre, le musée et les lieux de pratique naturiste. La chambre est l’espace de l’animalité, teinté de désir. A travers le filtre artistique qui s’interpose entre le corps et le regardant, le musée transcende la charge érotique de la nudité. Les espaces naturistes, en inversant les normes et en faisant de la nudité l’apparat du quotidien, désexualisent le corps nu et requalifient « le dénudement hors de toute hiérarchie des sexes en l’associant à des valeurs positives » (Bibia Pavard et Juliette Rennes, 2022). Ces trois espaces apportent une tonalité différente à la nudité et font bouger les frontières de l’intimité.
 
De toute évidence, les constructions culturelles conditionnent nos façons de nous montrer nus, nos façons d’agir et d’interagir en situation de nudité. D’où l’émergence de différentes propositions pour inviter tous les types de publics à réfléchir à la notion de déconstruction culturelle. Le projet expositif Autoportraits dénudés s’inscrit dans le prolongement de cette multitude d’initiatives et d’interrogations. Nous partons du postulat que ces corps qui se donnent à voir sciemment pourraient proposer un changement de paradigme. En effet, ils sont à la fois objet et sujet. Chaque photographe porte un regard sur son propre corps et sur son propre désir. Ces corps dévoilés sont validés par les individus qui les assument, qui les vivent au quotidien et non par une tierce personne. Il n’y a pas d’intermédiaire projetant ses désirs sur le corps de l’autre. Les photographes décident de ce qui est érotique, de ce qu’iels souhaitent dévoiler, suggérer ou occulter. Chaque portrait nous transmet une approche personnelle de ce qui est intime.
 
Dès lors, nous pouvons nous demander ce que ces autoportraits nous disent de nos rapports au corps à notre époque ? Peuvent-ils contribuer à déconstruire certains codes ? Permettent-ils d’étoffer nos représentations des genres, à les rendre plurielles ? Font-ils écho aux évolutions sociétales sur les identités de genre ? Viennent-ils plutôt conforter la culture visuelle érotique dominante ?
Dans tous les cas, il s’agit de porter un regard bienveillant sur ces corps révélés dans le consentement. Que nous disent-ils de nos rapports à la nudité ? L’intimité dévoilée peut-elle nous renseigner sur les rapports humains, la morale, nos pratiques et nos perceptions des corps en général ?
 
A titre d’exemples et de façon non restrictive, les contributions pourront se pencher sur :
 
- le rapport au corps, le corps comme langage, comme expression de l’individualité, d’un discours personnel, la documentation personnelle, la représentation, la réification ou l'esthétisation du corps et du quotidien ;
- la culture visuelle, la photographie, l’érotisme au XXIe siècle, la pulsion scopique, le rapport regardant/ regardé, le rapport amoureux, les dispositifs de séduction au XXIe siècle ;
- l’intimité, l’extimité, les réseaux sociaux, les détournements malveillants de nudes ;
- le regard porté sur ces images, ce qu’elles révèlent de notre époque : « interroger le visuel non seulement en ce qu’il cristallise des processus idéologiques, mais aussi en tant que puissant moyen de production de subjectivité et de sens » (Juliette Gaté, 2021).
 
Calendrier
 
L’exposition sera mise en place du 11 mars au 26 avril 2024 sur le campus de Villejean, à Rennes (bâtiment L) puis dans la galerie d’art L’Artère (Quimperlé) du 4 mai au 29 juin 2024.
 
Les propositions de cartel (en français, 500 mots maximum) accompagnées d’un bref CV ( ½ p.)  sont à envoyer jusqu’au 22 décembre 2023, à l’adresse suivante :
 
Une réponse vous sera donnée d’ici au 30 décembre 2023.
 
Une fois la proposition acceptée, les cartels (8000 caractères maximum, espaces compris) seront attendus pour le 1er février 2024 et seront rédigés en français. Les photographies pourront être consultées en amont par les contributeurs retenus. Cette exposition étant destinée à tous les publics, nous demanderons aux contributeurs de limiter leur travail à 8000 caractères, espaces compris.
 
Pour toute information complémentaire : 
 
 
 
Bibliographie indicative
 
Luca Acquarelli, « Le corps féminin sexualisé et la publicité dans l’espace public », Sociétés 2021/1, n° 151, Éditions De Boeck Supérieur, pages 79 à 92. URL : https://www.cairn.info/revue-societes-2021-1-page-79.htm
 
Philippe Ariès, Georges Duby Histoire de la vie privée¸ Paris, Seuil, 1999.
 
Philippe Artières, Histoire de l'intime, Paris, CNRS, coll. « À l'œil nu », 2022.
 
Thelma Bacon, « Acceptation de son corps et contraintes sociales. Le naturisme, un univers social hors du monde ? », Corps 2021/1, n° 19, CNRS Éditions, pages 135 à 145. URL : https://www.cairn.info/revue-corps-2021-1-page-135.htm
 
Francine Barthe-Deloizy, Géographie de la nudité : être nu quelque part, Rosny-sous-Bois, Bréal, 2003.
 
Judith Butler, Le récit de soi, Paris, PUF, Paris, 2007.
 
Paloma Bravo, Estelle Garbay-Velázquez (dir.), “Débats, controverse et scandales : usages de l’intime à l’époque moderne », Atlante. Revue d’Études romanes, n°8, printemps 2018, p. 18-47.
 
Sylvie Chalaye, Pénélope Dechaufour, « Nudité et performance décoloniale : quand la surexhibition du corps racisé fait voler en éclats l’éroticolonie », Corps, 2021/1, N° 19, CNRS Éditions, pages 261 à 271. URL : https://www.cairn.info/revue-corps-2021-1-page-261.htm
 
Anne Coudreuse et Françoise Simonet-Tenant ( dir.), Pour une histoire de l’intime et de ses variations. Itinéraires. Littératures, textes, cultures, Paris, L’Harmattan, 2009.
 
Lilyane Deroche-Gurcel, « Intimité », Encyclopædia Universalis. URL : http://www.universalis-edu.com.distant.bu.univ-rennes2.fr/encyclopedie/intimite/
 
Lorine Dumas, Juliette Rennes, « Inventer un autre regard sur l’avancée en âge. Vieillissement corporel, féminisme et arts plastiques depuis les années 1970 », Nouvelles Questions Féministes, 2022/1 (Vol. 41), p. 100-121. URL : https://www-cairn-info.distant.bu.univ-rennes2.fr/revue-nouvelles-questions-feministes-2022-1-page-100.htm
 
Michel Foucault, « L’écriture de soi » [1983], Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994.
 
Camille Froidevaux-Metterie, Sein : en quête d’une libération, Paris, Anamosa, 2020.
 
Isabelle Galichon, « Récit de soi », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/1212
 
Béatrice Galinon-Melenec (dir.), Sami Zlitni (dir.), Traces numériques : De la production à l’interprétation, Paris, CNRS Éditions, 2013. URL : http://books.openedition.org/editionscnrs/21699
 
Juliette Gaté, « Nudité », Encyclopédie critique du genre, pages 489 à 498, 2021. URL : https://www-cairn-info.distant.bu.univ-rennes2.fr/le-corps--9782130750239.htm
 
Xavier Giudicelli et Caroline Marie (dir.), « Portraits d’auteurs : l’écrivain mis en images », dans Savoirs en Prisme, n°12, Epure, 2020. URL : https://savoirsenprisme.univ-reims.fr/index.php/sep/issue/view/7
 
Martine Heredia, « Image de soi et métamorphoses : les portraits revisités d’Esther Ferrer », in Isabelle Prat et Jacques Terrasa (éd.), Image et création au féminin, Paris, Editions Hispaniques, 2005, p. 97-107.
 
Emmanuel Jaurand, « L’effet “ dégenrant ” et désexualisant du corps nu : l’utopie naturiste à l’épreuve des territoires », in Christine Bard et Frédérique Le Nan, Dire le genre. Avec les mots, avec le corps, CNRS Editions, 2019.
 
François Jullien, De l’intime : loin du bruyant amour, Paris, Grasset, 2013.
 
Jean-Claude Kaufmann, Corps de femmes, regards d'hommes sociologie des seins nus, Paris, Nathan, 1995.
 
Nadine Kuperty-Tsur (dir.), Ecriture(s) de soi et Argumentation, Presses Universitaires de Caen, 2000.
 
Latefa Lakhdar Ghazal, « L’insoutenable nudité », Sigila 2015/1, N° 35, Éditions Gris-France, pages 143 à 150. URL : https://www.cairn.info/revue-sigila-2015-1-page-143.htm
 
Lucie Lavergne, « Esther Ferrer, le corps à l’œuvre », Hispanística XX, 2020.
 
Philippe Lejeune, Journaux intimes : une sociologie de l’écriture personnelle, Paris, L’Harmattan, 1996.
 
Véra Léon et Alice Morin, « Vêtir et dévêtir des hommes : photographier les corps, révéler les masculinités », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 54 | 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/20813
 
Agate Lesage, « Instagram et la censure des corps sexisés », Mouvements, 2022/4, n° 112, Éditions La Découverte, pages 147 à 156. URL : https://www.cairn.info/revue-mouvements-2022-4-page-147.htm
 
Emmanuelle Lesne, La poétique des mémoires (1650-1685), Paris, H. Champion, 1996.
 
Yann Levy, Laurent Tarnaud, « Vie privée et intimité. Des frontières floues à l’heure d’internet », La Revue des Sciences de Gestion, 2020/1-2 (N° 301-302), p. 107-116. URL : https://www-cairn-info.distant.bu.univ-rennes2.fr/revue-des-sciences-de-gestion-2020-1-page-107.htm
 
Isabelle Luciani (dir.), Récit de soi, présence au monde. Jugements et engagements, Europe, Afrique, XVIe-XXIe siècles, Presses universitaires de Provence, 2014.
 
Florence Madelpuech-Toucheron, Sarah Pech-Pelletier (dir), “Intime et Intimité au Siècle d’Or (espaces, émotions, représentations), e-Spania, 37, octobre 2020, https://doi.org/10.4000/e-spana.37006
 
Lise Manin, « Nudité et genre en France au XIXe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 54 | 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/20758
 
Jallal Mesbah, « Ôter les habits du genre. Les modes d’action des Femen », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 54 | 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/20645
 
Bibia Pavard et Juliette Rennes, « Se dénuder en public », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 54 | 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/20287
 
Éric Perera, Guillaume Vallet, « Discipliner les corps : quelles affirmations de soi aujourd’hui ? », Corps 2021/1, N° 19, Éditions CNRS, pages 415 à 423. URL : https://www.cairn.info/revue-corps-2021-1-page-415.htm
 
Pierre Philippe-Méden, Philippe Liotard, « La nudité érotique en scène. Vers une éroscénologie générale », Corps, 2021/1, N° 19, CNRS Éditions, pages 149 à 155. URL : https://www.cairn.info/revue-corps-2021-1-page-149.htm
 
Bénédicte Prot, « Nudités exposées », Dix-huitième siècle, 2018/1, n° 50, Éditions Société Française d'Étude du Dix-Huitième Siècle, pages 273 à 287. URL : https://www.cairn.info/revue-dix-huitieme-siecle-2018-1-page-273.htm
 
Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.
 
Jessica Ringrose, Laura Harvey, Rosalind Gill, Sonia Linvingstone, « Teen girls, sexual double standards and “sexting” : gendered value in digital image exchange », Feminist Theory, 14, 2013, p. 305-323.
 
Émilie Séris, « Le nu, une invention des théoriciens de l’art humanistes ? », Studi Rinascimentali : rivista internazionale di letteratura italiana, 2019, 17, p. 11-25.
 
Jacques Terrasa, Pierre-Jean Amar, La Nature, le Corps et l’Ombre, Le bec en l'air, 2012.
 
Julien Wolga, « Le nudisme et son art… », Corps 2021/1, N° 19, CNRS Éditions, pages 193 à 205. URL : https://www.cairn.info/revue-corps-2021-1-page-193.htm
 
Giovanna Zapperi, « Regard et culture visuelle », Encyclopédie critique du genre, 2021, pages 654 à 664. URL : https://www-cairn-info.distant.bu.univ-rennes2.fr/le-corps--9782130750239.htm
 
Lieu Université de Rennes 2 / Galerie L'Artère
Contact 

En ligne

Nous avons aucun invité et aucun membre en ligne

Agenda

Février 2024
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 1 2 3

Congrès, colloques et journées d'étude

Aucun évènement

Séminaires

Aucun évènement

Bureau de la SoFHIA

Caroline Lepage

Présidente de la SoFHIA

Hélène THIEULIN-PARDO

Vice-présidente aire hispanique

Graça DOS SANTOS

Vice-Présidente aire lusophone

Marion GAUTEAU

Vice-Présidente aire latino-américaine

Immaculada FÀBREGAS

Vice-Présidente aire catalanophone

Nadia MÉKOUAR-HERTZBERG

Vice-Présidente Bourses SoFHIA

Xavier ESCUDERO

Trésorier

Thomas Faye

Secrétaire général

Eva TOUBOUL

Secrétaire générale

Anne PUECH

Responsable du site

Cécile VINCENT-CASSY

Co-rédactrice en chef HispanismeS

Marta LÓPEZ IZQUIERDO

Co-rédactrice en chef HispanismeS

Carole FILLIÈRE

Responsable correspondants et réseaux

hispanismes-btn

galet-groupement-des-associations-de-langues-etrangeres

REAH (Réseau Européen d'Associations d'Hispanistes)