Christophe Colomb et la Corse. La « possibilité d’une île » ?

BALUTET, Nicolas, Christophe Colomb et la Corse. La « possibilité d’une île » ?, Paris, Classiques Garnier, 2021, 252 pp.
La vie de Christophe Colomb est nimbée de nombreux mystères. Dans cette nébuleuse, l’origine, l’enfance et la jeunesse du navigateur constituent les points les plus obscurs, ceux qui ont suscité les débats les plus enflammés, les hypothèses les plus fantaisistes et controversées. Depuis la fin du XIXsiècle et la publication en Italie de volumineux recueils de documents censés dresser la généalogie du « découvreur » de l’Amérique, l’histoire officielle fait de Christophe Colomb un plébéien de Gênes, tisserand ou marchand. Néanmoins, l’ensemble s’avère très confus pour expliquer comment un jeune homme sans expérience maritime aurait pu conduire en si peu d’années une entreprise navale d’une aussi grande envergure et épouser auparavant une dame de la noblesse portugaise. Par ailleurs, pourquoi n’a-t-il jamais revendiqué la République de Gênes, pourtant florissante et puissante, comme son berceau et sa patrie ? Serait-ce en raison de ses longues années passées au Portugal et en Espagne, ce dernier pays l’ayant en quelque sorte adopté ? Ou bien parce que la notion de la nationalité est encore floue au tournant du Moyen-Âge et de la Renaissance ? Par son mutisme, l’Amiral de la merOcéane tenterait-il de cacher des activités hétérodoxes ou un passé inavouable ? Pourquoi les sources sont-elles si rares et certains documents falsifiés ? Pourquoi la ville de Gênes n’a-t-elle revendiqué son illustre ressortissant putatif que fort tardivement, au XIXe siècle ? Voici quelques-unes des nombreuses interrogations qui, depuis plusieurs siècles, hantent et fascinent les chercheurs. Au fil du temps, la figure de Christophe Colomb, déjà originellement énigmatique, s’est complexifiée. Les louables hypothèses de certains auteurs ont été prises par d’autres pour des faits avérés, des fables ont comblé les vides, des mensonges ont sciemment été proférés afin d’asseoir telle ou telle théorie. Ainsi, loin de dissiper les ombres, l’historiographie colombine a engendré un volumineux palimpseste dans lequel, sans discernement, le vrai côtoie le faux, l’incontestable l’incertain. Si le navigateur, par ses silences, est responsable en partie de cette situation, la faute incombe davantage à tous ceux qui, loin d’employer une démarche scientifique, ont souvent répondu aux sirènes d’un patriotisme de mauvais aloi. Outre la capitale de la Ligurie, une quinzaine de villes italiennes revendiquent (ou l’ont fait à une certaine époque) d’être le berceau de Colomb, mais aussi des territoires espagnols comme la Galice, la Catalogne et les Baléares, sans compter les présomptions portugaise, grecque, anglaise, écossaise, norvégienne, croate… ou bien corse. L’examen de cette dernière hypothèse constitue l’objet du présent ouvrage. À partir du cas de Calvi, il s’agit de retracer le débat qui, depuis la fin du XIXe siècle, suscite les passions les plus explosives entre partisans et détracteurs de l’origine insulaire du « découvreur » de l’Amérique.
 
TABLE DES MATIÈRES
 
Introduction : La genèse du débat
 
La nébuleuse Colomb
Les sources
L’affrontement de deux camps
 
Chapitre I : L’apatride Colomb
 
L’étranger
Le majorat de 1498
Une inscription italienne
La langue colombine
Les racines familiales
La parentèle de l’Amiral
 
Chapitre II : Le cadre calvais
 
Calvi et la République de Gênes
Le silence de Christophe Colomb
L’ombre génoise
De mystérieuses disparitions
Les Calvais en Amérique
Une tradition orale
 
Chapitre III : La force de l’imaginaire
 
Des animaux et des hommes
Baptêmes onomastiques
L’origine de Juan Pérez
Un manque de scientificité
Des datations hasardeuses
 
Conclusion : Ériger pour prouver
 
Une plaque commémorative
La première pierre
L’érection de la statue 
 
Annexe
 
Laurent-Cassien Peretti, Bonaparte ou la France sauvée (1858) 117
Tony Révillon, Noémi (1878) 117
A.-F. Maestrati, À Christophe Colomb, enfant de la Corse (1886) 118
Émile Bergerat, Christophe Colomb français (1888) 118
G. Le Notre, La patrie de Christophe Colomb(1891) 119
T. Méi, La découverte du Nouveau-Monde par Christophe Colomb (1891) 120
Corsico, Christophe Colomb (1891) 121
Félix Santini, Les enfants de la Corse (1892) 122 
Antoine Dompietrini, Christophe Colomb (1892) 123 
Philippe Tonelli, À Christophe Colomb (1892) 124
Jean Wallis, Colomb (1913) 124
Bonifacio, À Christophe Colomb(1923) 125 
de La Parata, Un voyage en Corse (1925) 125
Joseph Maggini, La Corse et Christophe Colomb (1934) 126
 
Bibliographie
 
Sources primaires
Chroniques et manuscrits
Presse corse
Aigle (L’)
Bastia-Journal 
Conservateur de la Corse (Le)
Corse (La)
Corse-Matin 
Corse touristique (La) 
Drapeau (Le) 
Gazette de la Corse 
Journal de la Corse 
Messager corse (Le) 
Pascal Paoli (Le) 
Petit Bastiais (Le) 
Réveil de la Corse (Le) 
Revue de la Corse (La) 
Tribune corse (La) 
Autres périodiques insulaires 
Périodiques non corses 
Brochures et ouvrages 
Sources secondaires
Ouvrages
Articles
Préfaces, introductions et notices
 
Index des noms de personnes
 
Index des noms de lieux

En ligne

Nous avons aucun invité et aucun membre en ligne

Agenda

Mars 2024
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Séminaires

Bureau de la SoFHIA

Caroline Lepage

Présidente de la SoFHIA

Hélène THIEULIN-PARDO

Vice-présidente aire hispanique

Graça DOS SANTOS

Vice-Présidente aire lusophone

Marion GAUTEAU

Vice-Présidente aire latino-américaine

Immaculada FÀBREGAS

Vice-Présidente aire catalanophone

Nadia MÉKOUAR-HERTZBERG

Vice-Présidente Bourses SoFHIA

Xavier ESCUDERO

Trésorier

Thomas Faye

Secrétaire général

Eva TOUBOUL

Secrétaire générale

Anne PUECH

Responsable du site

Cécile VINCENT-CASSY

Co-rédactrice en chef HispanismeS

Marta LÓPEZ IZQUIERDO

Co-rédactrice en chef HispanismeS

Carole FILLIÈRE

Responsable correspondants et réseaux

hispanismes-btn

galet-groupement-des-associations-de-langues-etrangeres

REAH (Réseau Européen d'Associations d'Hispanistes)