Congrès, colloques et journées

Congrès, colloques et journées

Rythme des proses. Recherches sur les langues et les littératures romanes du XXème siècle Télécharger au format iCal
Éditer  

On sait, depuis le célèbre article d’É. Benveniste, que le rythme est une « manière particulière de fluer », dont le système métrique, auquel on l’a longtemps réduit, a codifié les configurations possibles en fonction de schémas culturels prédéterminés ; et l’on s’accorde, depuis les travaux d’H. Meschonnic, à considérer que, loin d’avoir une existence en soi, il ne se manifeste que dans les réalisations individuelles d’un discours à l’intérieur d’un système linguistique, dans son lien étroit avec l’émergence du sens et l’engendrement même du texte littéraire. Tout travail sur le rythme n’en continue pas moins, ou a fortiori, de susciter de multiples questionnements qui occuperont une place centrale dans ce colloque.  Analyser le rythme d’une prose suppose, bien évidemment, une connaissance préalable de la structure d’une langue, notamment de l’accentuation de ses morphèmes, accentogènes ou non et, surtout, de son phonétisme, ou de celui des langues romanes qui, à l’exception du français, ont en commun des accents de mot, accents toniques qui rythment nécessairement un discours, sans pour autant exclure les accents de groupe qui caractérisent la langue française. Mais une fois ce savoir acquis, on a tôt fait de s’apercevoir que les règles d’une langue présentent aussi de nombreuses accentuations potentielles avec lesquelles la réalisation d’une prose singulière peut jouer et qu’elle complexifie en multipliant les marques accentuelles.  De même, on ne manque pas de remarquer que les groupes rythmiques qu’on décèle à la lecture d’une prose ne coïncident pas nécessairement avec ses groupes syntaxiques et sémantiques, qui s’avèrent parcourus, et souvent liés entre eux par une complexe organisation prosodique (relative aux composantes consonantiques et vocaliques des mots). D’où, aussi, la difficulté de délimiter des segments rythmiques, à partir du moment où ce découpage ne peut souvent plus se fonder, comme on l’a longtemps fait, sur la syntaxe et le sens du texte, généralement soulignés par la ponctuation. Il suffit, pour s’en convaincre, de se pencher sur la prose narrative d’un auteur du XXe siècle qui bouleverse l’ordonnance logico-syntaxique du discours et de ses pauses au profit d’un continuum rythmique.  Mais les questions qui surgissent au fil des analyses ne portent évidemment pas que sur la prose narrative ; pas plus d’ailleurs que sur le seul champ littéraire, voire sur le seul rythme linguistique.  Ainsi, si la prose narrative peut s’organiser comme un récitatif, en va-t-il bien de même pour le poème en prose ou la prose poétique qui se caractérisent, à la lecture, par l’alternance de fragments rythmiques métriques immédiatement repérables et de passages où ce même rythme se délite ; une organisation paradoxale pour laquelle la métrique et la prosodie fournissent des instruments de mesure et fonctionnent parfois à rebours l’une de l’autre : telle diction scandée par le mètre s’effaçant devant une scansion imposée par la syntaxe qui coupe court à la mélopée et suscite du coup une nouvelle hypothèse interprétative.  Ainsi encore, si le rythme du discours, qui est spécifique                                                                                                                                           du langage, ne saurait en principe se confondre avec le rythme musical, notamment parce qu’il est coextensif à la production du sens et qu’il ne comporte pas, comme la musique, des valeurs proportionnelles de durée, qu’en est-il dans un texte qui non seulement fait massivement référence au rythme musical pour désigner ses propres visées rythmiques, mais inscrit dans sa prose des fragments de comptines, de chansons et de vers de livrets opératique ?  On s’intéressera également aux questions liées à la traduction du rythme : comment traduire ou réinventer l’organisation rythmique spécifique d’un texte et d’un auteur dans la structure phonétique très différente d’une autre langue, en rendant à la fois son sens et sa signifiance ? Ou comment travaille un traducteur qui est un auteur, ou qui le devient à son tour à part entière par le travail même du traduire qui consiste à « faire en une autre langue ce que fait le texte original ».  La redéfinition même du rythme dans le langage « comme organisation du mouvement de la parole » (au sens saussurien), nous amènera enfin à prendre en compte aussi bien le rythme des activités, orales ou écrites, du langage non littéraire, qui s’avère également producteur d’un sens « par-dessus le sens ».

Lieu Maison de l'Italie, Université Paris Ouest Nanterre la Défense
Contact  et
Organisation: LER (Univ. Paris 8 Vincennes Saint Denis) et EA-369 (Univ. Paris Ouest Nanterrre la Défense)

En ligne

Nous avons aucun invité et aucun membre en ligne

Agenda

Décembre 2022
L Ma Me J V S D
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

Bureau de la SHF

Sample image

Caroline Lepage

Présidente de la SHF

Sample image

Hélène THIEULIN-PARDO

Vice-présidente aire hispanique

Sample image

Graça DOS SANTOS

Vice-Présidente aire lusophone

Sample image

Françoise MARTINEZ

Vice-Présidente aire latino-américaine

Sample image

Immaculada FÀBREGAS

Vice-Présidente aire catalanophone

Sample image

Nadia MÉKOUAR-HERTZBERG

Vice-Présidente Bourses SHF

Sample image

Xavier ESCUDERO

Trésorier - Université du Littoral Côté d'Opale

Sample image

Thomas Faye

Secrétaire général

Sample image

Laurie-Anne LAGET

Secrétaire générale

Sample image

Anne PUECH

Responsable du site

Sample image

Cécile VINCENT-CASSY

Co-rédactrice en chef HispanismeS

Sample image

Marta LÓPEZ IZQUIERDO

Co-rédactrice en chef HispanismeS

Sample image

Carole FILLIÈRE

Responsable correspondants et réseaux

hispanismes-btn

galet-groupement-des-associations-de-langues-etrangeres

REAH (Réseau Européen d'Associations d'Hispanistes)