Les journées d’étude de la SHF 2020 organisées par l’université Sorbonne Paris Nord (ex-Paris 13), qui devaient initialement avoir lieu les 4 et 5 juin sont reportées aux 16 et 17 octobre 2020 (campus de Villetaneuse et campus Condorcet). 
Nous voulons affirmer notre attachement à la recherche et à l’enseignement de toutes les disciplines liées aux aires linguistiques et culturelles des mondes ibériques au sein de l’université française. 
Nous vous attendons nombreu-se-x pour ces rencontres des « hispanismeS » français. 
Le titre de nos journées est HispanismeS : de la marge au croisement des disciplines ?
 
Solidairement,
 
Le comité d’organisation des journées d’étude SHF 2020 de l’université Sorbonne Paris Nord

La SHF, en collaboration avec le Centre d'Etudes Catalanes et le CRIMIC de Sorbonne Université, a organisé en janvier 2020 une journée d'étude inter-options (programme options agrégation externe d'espagnol, sessions 2020 et 2021).

Vous pourrez accéder à tous les enregistrements en cliquant sur le lien suivant.

Robert Basterra, Inspecteur général d’espagnol honoraire, est décédé le 29 janvier 2020. Il avait atteint quelques jour plus tôt l’âge de 90 ans.
Né à Gan, au pied des Pyrénées, il devint professeur d’espagnol certifié en 1957, puis agrégé en 1960. Nommé Inspecteur pédagogique régional en 1967, il fut successivement affecté dans l’académie de Bordeaux, dans celle de Nantes en 1970 et enfin à Paris en 1972. En 1978, il fut nommé Inspecteur général.
Mais il faut aller au-delà de ces repères administratifs pour mesurer l’importance de son rôle dans l’histoire de la discipline.
Caminos del idioma, collection lancée en 1987, a profondément et durablement marqué toute une génération de professeurs d’espagnol du second degré. Sous sa direction, ces manuels engagèrent une véritable refondation de l’enseignement de la discipline au moment même où les effectifs des élèves entamaient une progression sans précédent. Le succès auprès des enseignants devait se poursuivre avec la collection Gran Vía en 1992, qui approfondissait et enrichissait la perspective ouverte.
Pour la résumer d’un mot, il s’agissait de la recherche exigeante et sans exclusion de l’authenticité. Tout d’abord en reconnaissant que la langue n’est pas seulement porteuse de culture, mais qu’elle est elle-même culture aux multiples facettes. On ne dit que si l’on a à dire. Aussi la communication n’était jamais envisagée comme un exercice purement formel et désincarné. Il fallait établir un véritable contact avec des documents directement issus des réalités hispaniques de toutes époques et de tous lieux. Pages de littérature, articles de journaux, œuvres picturales, publicités, photographies de qualité, séquences télévisées ou filmiques. La perception intelligente et émotionnelle donnait sens à la prise de parole. Des champs nouveaux s’offraient ainsi à la découverte. Insistons en particulier sur la place accordée au cinéma qui devait par la suite faire l’objet d’une épreuve au CAPES. Les cassettes consacrées au film de Luis Buñuel Los olvidados en 1991, puis à celui de Víctor Erice El Sur en 1992 complétaient les manuels. Cette recherche d’une parole authentique en classe d’espagnol était soutenue par des livres du professeur denses, écrits en espagnol et qui liaient étroitement connaissance et pédagogie. On ne peut donner à voir et à comprendre que ce que l’on a compris soi-même, telle était l’ambitieuse devise.
Nul doute que cette approche qui invitait à la découverte a contribué à redéfinir la fonction des professeurs d’espagnol et à l’essor de la discipline.
Intransigeant, Robert Basterra se sentait investi d’une mission. Cela conduisit à une fin de carrière dramatique. En 1989, il présidait le jury du CAPES qui, estimant que nombre de candidats n’avaient pas un niveau suffisant, prit la décision de ne pourvoir que 245 des 488 postes mis au concours. Le heurt avec l’autorité de tutelle, qui avait choisi d’augmenter considérablement le nombre de places offertes, était inéluctable. Le 4 septembre, Lionel Jospin, Ministre de l’Éducation nationale à l’époque, déclara à une heure de grande écoute dans l’émission télévisée L’Heure de Vérité qu’il « n'arrivait pas à croire que, en France, des centaines de jeunes passés dans nos universités n'aient pas le niveau minimum en espagnol pour enseigner à nos élèves dans les lycées ». Le verdict était sans appel. De quel côté se trouvait la raison ? Les faits sont là et la question n’a plus sens, mais Robert Basterra, désavoué, mit fin à sa carrière et prit sa retraite dès le mois de janvier 1990.
Un mot sur la personne, pour finir. Robert Basterra pouvait certes être tranchant ; mais je ne compte pas les fois où constatant nos divergences sur un sujet décisif, il m’avait incité à « ferrailler », le terme était le sien, pour essayer de le convaincre de revenir sur son premier jugement. Ce qui s’est produit à plus d’une reprise. C’était un homme d’honneur.
Lauro Capdevila
 

A Paris, le samedi 1er février 2020
La SOCIÉTÉ DES HISPANISTES FRANÇAIS
- soucieuse de maintenir un traitement des carrières des enseignant.e.s chercheur.e.s qui soit équitable, impartial et national se prononce contre la disparition d’instances collégiales comme le CNU.
Elle revendique, à l’inverse, un renforcement de ses membres afin de permettre à ce Conseil d’accomplir ses missions.
- soucieuse de maintenir des concours de qualité qui assurent le recrutement d’enseignant.e.s de langue solidement formés dans leurs domaines disciplinaires, se prononce contre le projet de réforme du recrutement des enseignants du secondaire.
Elle revendique, à l’inverse, un maintien des exigences disciplinaires aussi bien dans les formations de Master que dans les épreuves des concours de recrutement, pour des enseignant.e.s légitimes devant leurs classes et capables de répondre aux nouvelles exigences de la réforme des lycées.
- soucieuse de ne pas précariser davantage les docteur.e.s et personnels de l’enseignement supérieur, se prononce contre le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).
Elle revendique, à l’inverse, plus de moyens et de personnel qualifié et pérenne, dans les laboratoires et les universités, afin de permettre à tous les enseignant.e.s-chercheur.e.s d’avoir les moyens de mener à bien leurs missions.
Elle souhaite, enfin, que ces dernier.e.s soient associé.e.s à tout projet relatif à l’enseignement supérieur et la recherche.
Elle souscrit en ce sens aux motions déjà présentées par le CNU, les Universités et les Unités de recherche de nos collègues mobilisé.e.s.
Liens vers d'autres motions :
 

 
C’est une des figures les plus singulières de la philologie espagnole qui vient de disparaître en ce début d’année. Né à Saragosse en 1941, Alberto Blecua est mort à Barcelone le 28 janvier 2020. Ici, pour les hispanistes français qui l’ont peu ou mal connu, je m’efforce de faire abstraction de plus d’un demi-siècle d’amitié, pour m’en tenir à une brève évocation de son long et riche parcours professionnel.
Difficile de dire en quelques lignes ce qu’a été son œuvre d’historien et de critique de la littérature, ce qu’a été son apport à l’édition et à l’analyse des textes de ce qu’il est convenu d’appeler le « Siècle d’Or ». Car c’est non seulement un ensemble très impressionnant de travaux qu’il faut prendre en considération, mais une démarche, une approche, une manière à la fois héritée et constamment renouvelée : ce qu’il aurait répugné à appeler une « méthode ». Et pourtant, c’était bien (selon l’étymologie qui lui était chère) un « chemin » suivi avec persévérance dans l’examen circonspect de la transmission des textes, tout en s’abandonnant par ailleurs au plaisir vagabond de la lecture effectuée sans artifice.
Alberto Blecua était un modeste sûr de lui, avec une immense culture classique, une ouverture très européenne et une obstination tout aragonaise. Ces qualités, comme autant de vertus, ont fait de lui – fils d’un grand érudit, unanimement reconnu : don José Manuel Blecua (« Mucho padre », disait-il, « Sobreviví, y creo que bien ») – un enseignant et un chercheur, puis un maître tout à fait à part, rétif aux codes et aux modes du microcosme universitaire.
Alors même qu’il enseignait au lycée, il rédigea et publia une étude de critique textuelle : En el texto de Garcilaso (1970), recherche pionnière et annonciatrice de toute une série de travaux qu’il consacrera aux problèmes de l’édition, depuis son fameux Manual de crítica textual (1983), dénué de tout prurit théoricien, jusqu’à une brève « Defensa e ilustración de la crítica textual » (2009), fondée sur une simple évidence : « Esto es pura lógica, y da igual que lo haya dicho Lachmann […] o cualquier vulgar editor de textos (yo, por ejemplo) ».
Éditeur de textes, Alberto Blecua l’a été très tôt, dès 1969, avec une sélection de livres de chevalerie ou Las seiscientas apotegmas de Juan Rufo, avant de procurer ses grandes éditions de La vida de Lazarillo de Tormes (1974), de Peribáñez / Fuente Ovejuna (1980), du Libro de buen amor (1983) et du Quichotte (2006). En outre, il s’est appliqué à examiner (ou réexaminer) avec la même rigueur philologique de nombreux textes d’auteurs canoniques comme Fray Luis de León, San Juan de la Cruz, Quevedo ou Gracián. Et l’on se gardera bien d’oublier sa passionnante enquête sur la double rédaction de la República literaria de Saavedra Fajardo.
Mais la critique textuelle, dans son travail d’édition ou d’analyse, n’était jamais indifférente à l’histoire littéraire. C’est en cela qu’il était un philologue accompli, pour qui la mise en perspective chronologique est fondamentale. Cette exigence apparaît avec éclat dans le volumineux recueil de travaux qu’il publia en 2006 sous le titre, très significatif, de Signos viejos y nuevos. Estudios de historia literaria. Parmi plusieurs chapitres dans lesquels l’ambition conceptuelle est patente, on retiendra en particulier celui qui est consacré précisément au concept de Siglo de Oro (publié en 2004, mais rédigé pour l’essentiel à l’occasion d’une oposición a cátedra en 1978). Sur un sujet aussi difficile et rebattu, il avait su élaborer une mise au point très documentée et fournir des propositions que l’on n’a pas fini d’exploiter.
Travailleur infatigable, Alberto Blecua ne s’est pas contenté de mûrir, de rédiger et de publier ses propres travaux. Parallèlement, et avec la même constance, il s’est employé à former des générations d’étudiants à l’Université Autónoma de Barcelone (où il a enseigné de 1970 à 2013) et y réunir de nombreux disciples. En outre, il a pris l’initiative de fonder (en 1989) et il a longtemps animé un magnifique groupe de recherche, Prolope, avec un programme dont les membres poursuivent, sans relâche, la réalisation : éditer intégralement (selon la meilleure ecdotique) le théâtre de Lope de Vega, publier une revue, organiser des séminaires et des colloques.
De 1995 à 1999, il a assumé sobrement la présidence de l’Asociación Internacional de Cervantistas. Auparavant, sur le plan des reconnaissances institutionnelles – qui ne semblent pas l’avoir intéressé outre mesure – il avait été élu membre titulaire de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona et membre correspondant de la Real Academia Española. Sans trop de conviction, il a participé à de multiples bureaux, conseils et autres comités.
Alberto Blecua n’était pas un homme de pouvoir. Je me suis souvent demandé comment il avait pu être, pendant trente ans, juré du Premio Planeta (le goût de la lecture, le plaisir de la découverte de nouveaux textes, peut-être…). Désireux avant tout de se tenir à l’écart des conflits, des polémiques et des luttes d’influence, il savait préserver son quant-à-soi. Cela ne l’empêchait pas de cultiver la convivialité, bien au contraire. D’offrir sa bienveillance, et de rechercher celle de ses collègues, de ses disciples, de ses élèves. De rechercher leur amitié, autant que celle des livres, avec lesquels il devait converser en secret, comme Quevedo. Les livres, il les affectionnait au point de vouloir les posséder – dans des éditions rares, si possible. Car c’était un bibliophile impénitent, au point d’être capable de transporter entre Paris et Barcelone, deux par deux, les vingt-huit volumes de l’édition originale de L’Encyclopédie, dont il avait fait l’acquisition rue Saint-Jacques, durant l’année (1989-1990) où il a enseigné à la Sorbonne avant que je n’y prenne réellement mes fonctions.
Mais, à dire vrai, c’était un amoureux de toutes les conversations (Ah ! la tertulia du jeudi, au café Oxford !). Et, aujourd’hui, son incomparable cordialité nous manque sans doute encore plus que son impeccable érudition. Même s’il savait être généreux de l’une aussi bien que de l’autre.
Jean-Pierre ÉTIENVRE
Paris, le 4 février 2020
 

La quatrième table ronde organisée par la SHF s'est tenue le samedi 1er février 2020, au Colegio de España.

Un immense merci à Sophie Large, Camille Back et Lissell Quiroz Pérez pour la réflexion extrêmement ambitieuse et stimulante qu'elles nous ont proposée sur La construction du canon dans l'hispanisme français à partir de l'analyse des programmes des concours de recrutement (CAPES et Agrégation) des cinquante dernières années, de l'étude de la place occupée par la civilisation latino-américaine dans l'hispanisme français et du retour d'expérience de chacune des contributrices. Vous pouvez accéder ici au compte-rendu de cette table ronde.

 

IMG 20200201 141705

 


 

Trevor Dadson, professeur émérite en études hispaniques de l’université Queen Mary College de l’Université de Londres s’est éteint à l’aube du 28 janvier 2020 dans sa 73e année à Charlottesville où il se trouvait pour un semestre, invité par l’université de Virgine comme « Distinguiched Visiting Professor ». Trevor Dadson était un spécialiste internationalement reconnu du Siècle d’Or espagnol. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels un ouvrage monumental sur l’expulsion des Morisques à Villarubia : Los moriscos de Villarubia de los Ojos (siglos XV-XVIII). Historia de una minoría explusada y reintegrada, 2007), ainsi que de nombreux livres sur d’importants poètes du Siècle d’Or – Lupercio et Bartolomé Leonardo de Argensola, Diego de Silva y Mendoza (comte de Salinas), Gabriel Bocángel –, mais aussi sur la poésie espagnole du XXe siècle. Trevor Dadson a beaucoup œuvré pour un hispanisme sans frontières et a ainsi été président de l’Association International Siècle d’Or (AISO) de 1999 à 2002, vice-président de l’Association Internationale des Hispanistes (AIH) de 2004 à 2007 et président de l’Association des Hispanistes de Grande Bretagne et d’Irlande entre 2001 et 2015. Membre de la British Academy depuis 2008, il avait reçu la « Encomienda de la Orden de Isabel la Católica » de mains de sa Majesté le roi Felipe VI en 2015 pour son action en faveur de la culture espagnole ; en juin 2016 il avait été élu membre correspondant de la Real Academia Española et en décembre de la même année, membre correspondant de la Real Academia de Historia. En 2014, à l’occasion des Journées d’Études de la SHF qui se sont tenues à Lyon sur le thème des hispanismes européens, nous avons eu la chance d’accueillir Trevor Dadson qui a mis tout son enthousiasme, tout son énergie et son optimisme dans la création du REAH (Réseau Européen d’Associations d’Hispanistes). Les présidents des associations du réseau se sont par la suite réunis régulièrement à l’occasion des congrès organisés par les associations nationales (Exeter, Milan, Cracovie, Munich) et pris un certain nombre de décisions afin de favoriser les rencontres et les échanges entre hispanistes européens.

L’hispanisme européen perd avec Trevor Dadson un hispanisme européen convaincu, un humaniste reconnu. Parti trop tôt, il laisse un grand vide derrière lui…

Erich Fisbach

 


 

IX CONGRESO INTERNACIONAL DE LA AHBX (Asociación de Hispanistas de Benelux)
TENDENCIAS ACTUALES EN EL HISPANISMO
Universidad de Amberes - 17 y 18 de septiembre de 2020
 
Nos complace anunciar que el IX Congreso Internacional de la Asociación de Hispanistas del Benelux tendrá lugar en la Universidad de Amberes (Bélgica) los días 17 y 18 de septiembre de 2020. Bajo el tema “Tendencias actuales en el Hispanismo” invitamos a académicos y profesores del Benelux y otros países a reflexionar sobre el estado y las nuevas corrientes de los estudios hispánicos en una variedad de disciplinas. Para ello el congreso propone las siguientes mesas sobre las que se puede leer las descripciones en el anexo a esta circular y en la página web del congreso https://www.uantwerpen.be/en/conferences/congreso-ahbx/
Mesa 1: Nuevos retos y límites del cine hispanoamericano
Mesa 2: Didáctica de la literatura española. Estudiantes lectores, prácticas didácticas y corpus literario.
Mesa 3: Enseñar Español para Fines Específicos en el siglo XXI. Nuevas tendencias y retos pendientes.
Mesa 4: Humanidades Digitales e Hispanismo
Mesa 5: Lingüística Española. Nuevas tendencias en el estudio del español oral
Mesa 6: Feminismo y literatura en español hoy: estado, perspectivas y prácticas.
Mesa 7: Hispanismos periféricos
Toda la información detallada sobre este Congreso está disponible aquí.
 

SOCIÉTÉ DES HISPANISTES FRANÇAIS
DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
Nadia Mékouar-Hertzberg
Vice-présidente
Paris, le 5 octobre 2019
Chères collègues, chers collègues,
Au nom de la Présidente, Hélène Thieulin Pardo, et du comité de la SHF, je vous adresse cet Appel à candidature pour le 15e Concours des bourses de la SHF afin que vous puissiez proposer la candidature de vos doctorant.e.s.
Les finalités et modalités du Concours, que je déclare ouvert par cette lettre, sont les suivantes :
-Les bourses de la SHF, ouvertes à tous.tes les doctorant.e.s, ont pour objet de contribuer à financer des séjours à l’étranger dans le cadre de leur recherche.
-La SHF offrira au maximum 3 bourses en 2020, pour des séjours en péninsule ibérique ou en Europe (800 € chacune) ou pour des séjours en Amérique latine ou autres territoires non européens (1300€ chacune). La répartition entre les différentes aires sera dictée par la qualité respective des dossiers.
-Le jury ou « comité des sages » agit en toute indépendance du Bureau et du Comité de la SHF. Il est composé de membres émérites représentant les spécialités suivantes : Moyen Âge, Siècle d’Or, XVIIIe s.-XIXe s., XXe s.-XXIe s., Amérique coloniale, Amérique contemporaine, arts, cinéma, poésie, linguistique, études catalanes, études lusophones.
-Le classement des candidat.e.s est global. Il se fait exclusivement au mérite et ne tient pas compte des spécialités. L’attribution des bourses est conditionnée par la qualité des dossiers présentés. Une liste complémentaire sera présentée, à laquelle la SHF aura recours en cas de désistement d’un.e lauréat.e de la liste principale.
-75% de la bourse seront versés au moment du départ, puis le reliquat après remise du rapport de mission à la Vice-présidente en charge des bourses.
-La bourse doit être utilisée impérativement pour un déplacement ayant lieu dans le courant de l’année civile 2020.
-Il est expressément demandé aux directeurs-trices de recherches de présenter au maximum deux candidat.e.s. Le/la directeur-trice doit être impérativement membre de la SHF et adhérent depuis au moins 3 ans (ou régulariser sa situation en s’acquittant de trois cotisations) puisque ce sont les cotisations de ses membres qui permettent le financement des bourses. Le/la candidat.e doit être également adhérent.e de la SHF.
Le dossier de candidature doit comporter :
* l’acte de candidature sur papier libre précisant notamment le sujet de la thèse et le nom du directeur-trice de recherche ;
* le CV du/de la candidat.e (données personnelles, cursus universitaire, concours...) ;
* l’avis circonstancié du/de la directeur-trice de recherche qui mette l’accent sur l’originalité et la pertinence de la recherche entreprise ;
* le programme détaillé des recherches à mener sur le terrain précédé d’un état d’avancement de la thèse ainsi que –les membres du comité des sages insistent sur ce dernier point– de la problématique et de la méthodologie adoptées (entre 2 et 3 pages)
* l’engagement écrit de fournir un rapport circonstancié (entre 2 et 3 pages) en fin de séjour et de remettre, après soutenance, un exemplaire de la thèse à la Vice-présidente de la SHF chargée des bourses, qui pourra, avec l’accord du/de la candidat.e, la mettre en ligne sur le site de la SHF.
Voici le calendrier des opérations et quelques modalités pratiques :
Le concours est ouvert ce jour par diffusion au moyen de la liste de diffusion de la SHF. Nous demandons aux correspondant.e.s SHF de relayer l’information en affichant cette lettre dans les départements ou dans les UFR et en la transmettant aux directeurs /directrices de centres de recherches ; l’avis de concours est également consultable sur le site de la SHF (www.hispanistes.org).
Les dossiers de candidature doivent être adressés, en un seul pdf et par voie électronique, avant le 20 janvier 2020, à .
Le comité de la SHF, dans sa réunion du 1er février, arrêtera la liste définitive des candidats. Le « comité des sages » se réunira au plus tard en mars 2020, et établira son classement des lauréat.e.s. Il le transmettra à la Présidente et à la Vice-présidente chargée du concours pour affichage sur le site internet de la SHF. C’est par cette voie que les lauréat.e.s seront averti.e.s que leur dossier a été retenu. Il leur appartient ensuite de prendre contact avec le Trésorier de la SHF, Xavier Escudero, pour demander le versement de leur bourse.
Les résultats seront proclamés lors de l’Assemblée Générale de la SHF qui se tiendra lors des journées d’étude de l’université Sorbonne Paris Nord des 4 et 5 juin 2020.
En vous réitérant mon invitation à bien informer les doctorant.e.s de l’existence de ces bourses, veuillez recevoir, chères et chers collègues, mes très amicales salutations,
Nadia Mékouar Hertzberg
 

 
Cher-e-s collègues,
Les Journées de la Société des Hispanistes Français que l’Université Paris 13 organise en juin prochain (Jeudi 4 et vendredi 5 juin 2020) sur les Campus de Villetaneuse et de Condorcet (Aubervilliers) seront intitulées HispanismeS : de la marge au croisement des disciplines ?
Nous vous prions de trouver sur ce lien l’appel à communication. Nous invitons en particulier ceux de nos collègues qui mènent des recherches collectives, pluri- et inter-disciplinaires à venir nous présenter leurs projets et leurs travaux, éventuellement à plusieurs voix.
Le délai d’envoi des propositions est allongé au 15 janvier 2020.
Les envois sont à faire à l’adresse:  
Nous serons très heureux que vous y répondiez, et vous remercions de diffuser cet appel auprès de vos collègues.
Bien cordialement,
Le comité d’organisation des journées d’étude SHF 2020 de Paris 13

 
La Société des hispanistes français se prononce fermement contre le projet de réforme du concours du CAPES de Langues Vivantes Étrangères prévue pour la rentrée 2020 et qui n’a pas fait l’objet de consultation collégiale auprès de la communauté des enseignants du secondaire et du supérieur. Cette réforme représente un danger pour la qualité de l’enseignement des langues vivantes. En effet, le niveau disciplinaire des futur.e.s enseignant.e.s se verrait drastiquement affecté par la mise en place d’une réforme qui prévoit une réduction sensible de l’évaluation — et, par conséquent, de l’enseignement — des compétences culturelles et linguistiques des candidat.e.s au concours. Dans le projet actuel, les épreuves écrites se composeraient d’un seul écrit disciplinaire — sans qu’il soit, pour l’heure, précisé s’il se fera dans la langue étudiée — et d’une épreuve de nature pédagogique. Quant aux épreuves orales, elles visent essentiellement à évaluer les compétences pédagogiques des candidat.e.s (présentation d’un cours et entretien) et, de surcroît, aucune d’entre elles ne serait évaluée dans la langue qui aura vocation à être enseignée par les candidat.e.s. En somme, la part de compétences disciplinaires serait réduite à une épreuve sur quatre, dont la nature n’est pas connue à ce jour.
Forte de sa mission de défense et de développement des langues parlées dans le monde hispanique, la Société des hispanistes français insiste sur la nécessité de fournir aux futur.e.s enseignant.e.s une formation exigeante et de qualité dans tous les domaines suivants : non seulement les langues, mais aussi les arts, les littératures, les cultures et les civilisations étrangères et régionales. De ce fait, la Société des hispanistes français réclame un moratoire sur le projet de réforme du concours du CAPES et de l’organisation des enseignements au sein du Master MEEF. Par ailleurs, elle ne saurait trop insister sur la nécessité de consulter l’ensemble des acteurs de la communauté enseignante en amont de tout projet de réforme éducative.
Motion adoptée à l'unanimité des membres du Comité de la SHF, le 4 décembre 2019.
 
  

 

Agenda

Avril 2020
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30

Appels à communication

Appel à dossiers, contributions CCEC - 12/10/2021
Liberté d'expression et liberté de création dans l'isthme centraméricain - 06/04/2020
Appel à contribution - revue HispanismeS - 08/07/2021
« Retours à l’Apocalypse ». Héritage et hypertextualité dans les Mondes romans du Moyen Âge à nos jours - 30/04/2020
Cruautés et violences dans le conte et dans le récit bref - 03/04/2020
Espagne, terre d'accueil? (España, ¿tierra de acogida?), Appel à contributions Hispanística XX n°38 - 15/05/2020
Ruptures et normes : déclinaisons et degrés de non-conformité - 03/04/2020
2021-1821-1521. La fabrique du Mexique : conflits, altérités, communautés - 12/06/2020
De la ville à la nation : continuité et ruptures dans l’histoire de la chanson espagnole contemporaine (XIXe-XXIe siècles) - 24/04/2020
Mémoire de l’esclavage colonial dans la péninsule ibérique - 12/11/2020
Appel à contribution en vue d'une publication - 30/06/2020
DESAFÍOS MIGRATORIOS CONTEMPORÁNEOS - 31/07/2020
La Main de Thôt, n° 8, 2020 : « La traduction littéraire & SHS à la rencontre des nouvelles technologies de la traduction : enjeux, méthodes et perspectives » - 08/06/2020
Personas Mayores en el Mundo en el Siglo 21. Aprendiendo a convivir - 15/04/2020
Poste de Lecteur/Lectrice d’Espagnol - 16/04/2020
Séminaire Mémoire et Histoire en Amérique Latine et en Espagne. Du contemporain au temps présent - 10/06/2020
Appel à communication - 12e Congrès international du GRIMH "IMAGE ET MUSIQUE" - 30/04/2020
Convocatoria Jornadas de Estudios de PILAR 2020 y 2021. El ocio y los medios de comunicación. - 15/04/2020
Appel à communication - 12e Congrès international du GRIMH "IMAGE ET MUSIQUE" - 01/05/2020
Appel à publications. La fiction spécialisée (FASP) - 30/04/2020

Congrés, colloques et journées d'étude

12/03/2020 - Appel à dossiers, contributions CCEC
15/03/2020 - Liberté d'expression et liberté de création dans l'isthme centraméricain
17/03/2020 - Appel à contribution - revue HispanismeS
18/03/2020 - « Retours à l’Apocalypse ». Héritage et hypertextualité dans les Mondes romans du Moyen Âge à nos jours
01/04/2020 - Cruautés et violences dans le conte et dans le récit bref
02/04/2020 - Espagne, terre d'accueil? (España, ¿tierra de acogida?), Appel à contributions Hispanística XX n°38
03/04/2020 - Ruptures et normes : déclinaisons et degrés de non-conformité
09/04/2020 - 2021-1821-1521. La fabrique du Mexique : conflits, altérités, communautés
09/04/2020 - De la ville à la nation : continuité et ruptures dans l’histoire de la chanson espagnole contemporaine (XIXe-XXIe siècles)
09/04/2020 - Mémoire de l’esclavage colonial dans la péninsule ibérique
10/04/2020 - Appel à contribution en vue d'une publication
10/04/2020 - DESAFÍOS MIGRATORIOS CONTEMPORÁNEOS
10/04/2020 - La Main de Thôt, n° 8, 2020 : « La traduction littéraire & SHS à la rencontre des nouvelles technologies de la traduction : enjeux, méthodes et perspectives »
10/04/2020 - Personas Mayores en el Mundo en el Siglo 21. Aprendiendo a convivir
10/04/2020 - Poste de Lecteur/Lectrice d’Espagnol
10/04/2020 - Séminaire Mémoire et Histoire en Amérique Latine et en Espagne. Du contemporain au temps présent
11/04/2020 - Appel à communication - 12e Congrès international du GRIMH "IMAGE ET MUSIQUE"
11/04/2020 - Convocatoria Jornadas de Estudios de PILAR 2020 y 2021. El ocio y los medios de comunicación.
12/04/2020 - Appel à communication - 12e Congrès international du GRIMH "IMAGE ET MUSIQUE"
12/04/2020 - Appel à publications. La fiction spécialisée (FASP)

Annonces

Aucun événement

Séminaires

Aucun événement
Aller au haut