Séminaire interuniversitaire Genre et Arts dans une perspective Poét(h)ique et Politique (GAPP) Télécharger au format iCal
 
Thématique du Séminaire 2018-2019 : « L’intervention »
Si comme l’affirme Christophe Rulhes, « L’art est une manière de faire des mondes » (2017), la question corollaire ne doit-elle pas porter sur la nature des mondes créés, sur les imaginaires qui les sous-tendent et ouvrir à la question du récit de ces créations artistiques ? Cette question de la nature nous oblige à décliner le concept d’art au pluriel, incluant ainsi dans cet « habit » sans doute « trop large », dirait Bergson, la poésie. Ce « mauvais genre », conçu comme « art doué d’une admirable amplitude et d’un pouvoir d’action singulier » (Maulpoix, 2016), nous semble être le nœud où s’articulent les arts « dits » visuels et les arts scripturaux - ou ce que l’on nomme communément une littérature « en extension » (notamment à travers des pratiques intermédiales et médio-poétiques [Bobillot]) - que nous souhaitons faire se rencontrer, se confronter, dialoguer. Ces pratiques et expériences artistiques divergentes parfois, voire dé-coïncidentes - au sens où l’entend le philosophe François Jullien -, mettent, sur le devant de la scène, des arts, qui certes « font » des mondes, mais les « habitent » (Pinson, 2013) également, en une « posture » (Meizoz, 2016) moins démiurgique. Les artistes contemporains adoptent-ils cet ethos du témoin, foncièrement politique, « questionnant toutes les faces du vivre » « à distance du bavardage comme du mensonge » que le poète Antoine Emaz évoque à propos de la posture poétique ? Y a-t-il toujours adéquation entre l’ethos poétique et politique de l’artiste et le récit construit par l’histoire des pratiques artistiques ? Sous quels angles, l’histoire des arts – au pluriel – a-t-elle été écrite ? Si l’on examine les œuvres et la manière dont elles sont élaborées puis évaluées et diffusées, quelles lignes de fond se font jour ? Quels sont les sujets, les thèmes récurrents ou, à l’inverse, les blancs, les trous, de l’histoire de l’art ? Que nous disent les pratiques artistiques de nos sociétés ?
Ces interrogations ne sont pas nouvelles et maintes fois l’art a été décrit, à bon droit, comme une force de rupture, d’opposition, agissant contre l’ordre moral et brisant les normes sociales. Pourtant, un simple retour critique sur l’histoire de l’art, et ses liens avec le champ social (Bourdieu,1992), fait prendre conscience des limites de sa force subversive et ce regard critique a été porté par les théoriciennes féministes au nombre desquelles il faut compter l’historienne britannique Griselda Pollock dont les écrits ont repensé en profondeur notre appréhension de la création artistique. Selon elle, « […] nous devons admettre que la position de l’artiste et de l’art n’est jamais neutre. Elle est toujours déjà entièrement occupée par le masculin qui se pose comme un universel, et donc neutre. L’histoire de l’art participe de la production du genre, même si elle se présente comme objective. » (2007).
Une telle affirmation dessille le regard et oblige à un retour sur ce qui fait art, ce qui fait sens dans l’acte de création, entendu en tant qu’acte de résistance (Deleuze, 1987). Les soubassements sur lesquels s’est érigée la maison « Arts » se voient éclairés d’une lumière nouvelle : qu’en est-il désormais des catégories esthétiques établies dès lors qu’elles sont enserrées dans un « inconscient idéologique » (Pollock, 2007) qui existe comme existe un « inconscient politique » (Jameson, 1981) ? Lors de ce séminaire, nous ouvrirons plusieurs volets qui, d’une manière ou d’une autre, interrogeront ce politique qui traverse l’art quand il est revisité ou appréhendé dans une perspective genrée.
Un des volets opérera un retour historique qui visera à renouveler le regard sur « une » histoire de l’art, au singulier, institutionnelle, homogène et téléologique, oublieuse de nombre de créatrices et créateurs. Au-delà de cette réparation historique, c’est une question d’ordre épistémologique qu’ouvrira le second volet qui interrogera les pratiques genrées de certains artistes qui lient étroitement leurs productions aux questionnements sur les codes artistiques, sexuels, culturels ou sociaux qui régissent les arts. En remettant en cause les praxis dominantes, c’est le concept même d’art que les artistes cherchent à ébranler. Enfin, et dans la continuité de cet ébranlement épistémologique, un des volets les plus féconds aura trait à la question queer, puissante alternative aux catégories et, sans doute, le chantier le plus subversif face aux coups de butoir des idéologies conservatrices. En somme, il s’agira de repenser l’expérience artistique en faisant appel aussi bien aux pensées qu’aux praxis qui démystifient les discours naturalisant les arts. Démystifier et déconstruire. Mais selon quelles modalités ?
Pour cette première année, nous posons l’hypothèse de « l’intervention » comme acte qui, par son impétuosité, convoque le politique. Qu’est-ce que l’intervention ? Il faut comprendre les interventions « à partir de la situation dans laquelle elle se proposent d’intervenir […]. » (Jameson, 2011), le mot désignant « tantôt une aide, un concours, une médiation, une intercession, une influence, un traitement énergique... tantôt une ingérence, une intrusion, une occupation armée » (Dubost, 1987). Pour ce séminaire, la situation sur laquelle nous allons travailler peut se décrire comme une construction de l’histoire de l’art harmonieuse : nous souhaitons y faire apparaître les disjonctions genrées que le poét(h)ique, « qui réside dans les expériences ardentes de la vie » (Onimus, 2017), et le politique, comme « forme d’expérience sociale » (Collovald et Sawicki, 1991), y injectent.
« La question du genre dans le domaine des arts est un véritable chantier esthétique » :  de cette affirmation, issue d’un appel à communication (Sousse, 2017), le séminaire veut faire un axiome.
Les séances se dérouleront sur deux lieux institutionnels, à l’université Lyon 2 et à l’université Grenoble-Alpes. 
Ce séminaire fait partie du projet scientifique interuniversitaire porté par GAPP et inclut, pour 2018-2019, une journée d’étude (sur Ana Mendieta, janvier 2019) et un colloque (octobre 2019 sur Femmes et cinéma documentaire).
Calendrier 2018-2019
Jeudi 13 décembre 2018 (Lyon 2)
Alicia García Núñez, poétesse et performeuse sonore

Alicia García Núñez est une journaliste, poète, écrivaine et artiste multidisciplinaire. Auteure de plusieurs recueils de poésie et de vidéopoèmes (www.aliciag.es), elle s’intéresse aussi aux arts de la scène et à l’art d’action. D’abord membre du collectif de musique expérimentale VOC·DAT, (spoken word), elle a récemment créé LiTTiO x, avec Ángela Gemio : une formation de musique électronique ayant pour objectif d’être un collectif mutant (incluant d’autres membres) qui expérimente l’art sonore (bruit, silence, mots, lettres). La rencontre du jeudi 13 décembre sera l’occasion d’échanger avec elle sur la diversité de ses pratiques artistiques, mais aussi de la voir et de l’écouter performer les mots au sein de LiTTiO x.

 
Mercredi 30 janvier 2019 (Lyon 2)
Laura Pérez, enseignante-chercheuse (Université de Berkeley)

Laura Pérez enseigne au Département d’Études Ethniques de l’Université de Berkeley. Ses recherches portent sur les productions des artistes latino et chicano aux États-Unis sur la variété des formes (de la performance aux comics) et sur la place qui leur est réservée dans la culture américaine. Ses travaux examinent l’art au prisme des Decolonial et Visual Studies. Elle a dirigé plusieurs ouvrages et est l’auteur de Chicana Art: The Politics of Spiritual and Aesthetic Altarities (Duke University Press, July 2007). Lors de cette conférence, elle s’intéressera à l’apport des artistes latinos dans l’histoire de l’art aux États-Unis.

Laura Pérez sera présente le jeudi 31 janvier 2019 à l’Université de Grenoble-Alpes pour une conférence dans le cadre de la Journée d’étude « Ana Mendieta » (également organisée par GAPP, en collaboration avec Claudia Palazzolo).
 
Mercredi 30 janvier 2019 (Lyon 2)
María Ruido, documentariste et universitaire (Univ. Barcelona)

María Rudio est professeure à la Faculté des Beaux-Arts de l’Université de Barcelone. Après des études en Espagne, elle suit un cursus sur l’art contemporain à Lisbonne. Elle été chercheuse invitée au CILAVS (Centre for Iberian and Latin American Visual Studies) du Birkbeck College, (University of London). Artiste et cinéaste reconnue, elle développe des projets interdisciplinaires sur la construction sociale du corps, sur les femmes et leur relation au travail et sur la mémoire collective, à travers la caméra et l’écriture. Dans son dernier film, Mater Amatisima. Imaginarios y discursos sobre la maternidad en tiempos de cambio (Fundación BBVA, Madrid, 2017) elle pose la question de l’assignation des femmes à la reproduction. Lors de cette rencontre-projection, María Ruido reviendra sur sa praxis documentaire vue comme une « intervention » politique, sur le processus de création de ce film et ses liens avec son prochain opus sur les maladies mentales d’aujourd’hui (Prix Loop 2018). Ses films ont été sélectionnés dans divers festivals internationaux. Elle a reçu en 2015 le prix Guasch-Coranty (Biennale d’Art, de la ville de Valls en Catalogne).

María Ruido sera présente le jeudi 31 janvier 2019 à l’Université de Grenoble-Alpes pour une conférence dans le cadre de la Journée d’étude « Ana Mendieta », artiste féministe à qui elle a consacré un ouvrage.
 
Mercredi 6 mars mars 2019 (UGA)  
André Gunthert (EHESS)

André Gunthert enseigne l’histoire visuelle à l’EHESS. Spécialiste d’histoire de la photographie, il a élargi son champ d’étude aux usages sociaux des images en particulier de l’image numérique. Ses recherches actuelles sont consacrées aux systèmes narratifs de la culture visuelle. Fondateur de la revue Etudes photographiques, il a édité ou co-édité de nombreux ouvrages sur la photographie. Il publie régulièrement ses travaux récents sur le blog L’image sociale.

 
Mercredi 10 avril 2019 (Lyon 2)
Iolanda Tortajada, enseignante-chercheuse (Universitat Rovira i Virgili, Tarragone)

Iolanda Tortajada est professeure au Département d’Études en Communication de l’Université de Tarragone. Membre du groupe de recherche ASTERISC, ses travaux portent sur la fracture numérique et les inégalités de genre. Son projet « Gender and sexual diversity in European popular media culture » a reçu le soutien de l’Union Européenne (2016) , elle travaille actuellement sur les identités sexuelles des adolescent.es sur internet (Projet d’excellence du Ministère de l’Éducation espagnol : « Produsage juvenil en las redes sociales: construcción de la identidad sexual y gestión de las desigualdades de género (2018-2022) ». C’est ce dernier projet qu’elle viendra présenter au public français.

 
Mardi 1er octobre 2019 (Lyon 2)
Isolina Ballesteros, enseignante-chercheuse (CUNY [The City University of New York], Etats-Unis)

Isolina Ballesteros a étudié la littérature française en Espagne. Après un doctorat à Boston, elle enseigne la littérature comparée et l’histoire du cinéma européen au Baruch College de CUNY. Ses recherches actuelles s’orientent vers les représentations de l’immigration dans les arts visuels. Son dernier ouvrage (sous presse) s’intitule Migration, Visual Art, and Activism.

Isolina Ballesteros participera au colloque « Femmes et cinéma documentaire.  Éprouver le réel :  des féminismes au queer (Péninsule ibérique et continent latino-américain)»  prévu du 2 au 5 octobre 2019. Co-organisation Sonia Kerfa (UGA), Angélica Mateus-Mora (Université de Tours) et Dario Marchiori (Lyon 2) avec la participation du Departamento de Cine de l’Universidad Central de Bogotá.
 
Mercredi 2 octobre 2019
 Alberto Tamayo, enseignant-chercheur (Universidad Central de Bogotá, Colombie)

Alberto Tamayo a étudié la composition musicale au Conservatoire National de Colombie avant de terminer sa formation en Argentine pays où il a résidé de nombreuses années. Il a appartenu à l’Orquestre de Musique du Brésil avant de revenir en Colombie d’intégrer la section Etudes du son au Département de Cinéma de la Universidad Central de Bogotá, département qu’il dirige aujourd’hui. Il est à l’origine de la création du cine-club universitaire de la Central et du premier festival interuniversitaire de cinéma de Colombie.

Alberto Tamayo participera au colloque « Femmes et cinéma documentaire.  Éprouver le réel :  des féminismes au queer (Péninsule ibérique et continent latino-américain) » prévu du 2 au 5 octobre 2019. Co-organisation Sonia Kerfa (UGA), Angélica Mateus-Mora (Université de Tours) et Dario Marchiori (Lyon 2) avec la participation du Departamento de Cine de l’Universidad Central de Bogotá.
 
Bibliographie
BOURDIEU Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 1992.
COLLOVALD Annie et Frédéric SAWICKI, « Le populaire et le politique. Quelques pistes de recherche en guise d'introduction », Politix, n°13, vol. 4, 1991. Le populaire et le politique (1) - Les usages populaires du politique, p. 7-20. Disponible sur https://www.persee.fr/doc/polix_0295-2319_1991_num_4_13_1433.
DELEUZE Gilles, « Qu’est-ce que l’acte de création ? », Conférence donnée dans le cadre des mardis de la fondation Femis 17/05/1987. Disponible sur .
JAMESON Fredric, « Avant-propos à l’édition française », L’Inconscient politique. Le récit comme acte socialement symbolique, Paris, 2012. (Version originale en anglais de 1981).
LICHTENSTEIN Jacqueline et Griselda POLLOCK, « Griselda Pollock : Féminisme et histoire de l’art », Perspective, nº 4, 2007. Disponible sur <http://journals.openedition.org/perspective/3564>.
MAULPOIX Jean-Michel, La poésie a mauvais genre, Paris, Corti, 2016.
MEIZOZ, Jérôme, La littérature “en personne”. Scène médiatique et formes d’incarnation, Genève, Editions Slatkine, 2016.
ONIMUS Jean, Qu'est-ce que le poétique ?, Paris, Poesis, 2017.
PINSON, Jean-Claude, Poéthique, Lonrai, éd. Champ Vallon, 2013.
RULHES Christophe, « L’art est une manière de faire des mondes », Nectart, nº5, 2017/2, p. 29-31.
Lieu Université Lyon 2 et Université Grenoble-Alpes
Contact  ;
Organisation :
Idoli Castro (Université Lyon 2)
Sonia Kerfa (Université-Grenoble-Alpes)
Avec la participation des laboratoires Passages XX-XXI et ILCEA4

Agenda

Juillet 2019
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31

Appels à communication

Prochaines Journées d’étude de la SHF - 30/11/2019
Féminités, masculinités et fiction sérielle espagnole : industries culturelles et assignations de genre Proposition d’appel à contributions pour le n°12 de la revue Genre en séries - 15/09/2019
Memoria del franquismo en el cómic del siglo XXI (Arras) - 15/12/2019
Appel à dossiers, contributions - 08/10/2019
Murs, barrières, obstacles - 15/10/2019
Appel à contribution - revue HispanismeS - 08/07/2021
Insinuer dans l'Espagne du Siècle d'Or - Université Montpellier 3 - 25/10/2019 - 01/09/2019
Portes et seuils au Siècle d'or 2 : métaphores et symboles - 01/09/2019
Appel à contribution Supplément au numéro 8 de la revue TrOPICS dédié à La Tribuna (1883) d’Emilia Pardo Bazán - 30/07/2019
Le mouvement hippie dans le monde hispanique. Identités – Mobilités – Conflits – Héritages - 01/09/2019
La Guerre Civile espagnole : un hiéroglyphe toujours à décrypter ? Regards extérieurs sur un conflit national (1939-2019) - 30/09/2019
De la ville à la nation : continuité et ruptures dans l’histoire de la chanson espagnole contemporaine (XIXe -XXIe siècles) - 15/10/2019
Noir Caraïbe. 2ème Journée d'étude sur l'écriture policière dans la zone caribéenne - 30/09/2019
Poésique 19 « Traduire la chanson » (XVe –XXIe siècles) - 06/12/2019
Sexe majeur, sexe mineur ? « Les femmes qui pensent ne sont pas (toutes) dangereuses » - 02/09/2019
Cruautés et violences dans le conte et le récit bref / Crueldades y violencias en el cuento y l narración breve - 15/09/2019
II Coloque international « La Retirada et l'exil républicain espagnol en Bretagne, 80 ans après (1939-2019). Histoire, mémoire, création » (Canal U) - 31/07/2024
Réalisme(s) dans la fiction littéraire espagnole contemporaine (XIXe-XXe-XXIe siècles) - 15/09/2019
5ème Université d’été en traductologie - 26/07/2019
Séminaire interuniversitaire Genre et Arts dans une perspective Poét(h)ique et Politique (GAPP) - 02/10/2019

Congrés, colloques et journées d'étude

16/06/2019 - Prochaines Journées d’étude de la SHF
07/07/2019 - Féminités, masculinités et fiction sérielle espagnole : industries culturelles et assignations de genre Proposition d’appel à contributions pour le n°12 de la revue Genre en séries
07/07/2019 - Memoria del franquismo en el cómic del siglo XXI (Arras)
08/07/2019 - Appel à dossiers, contributions
08/07/2019 - Murs, barrières, obstacles
09/07/2019 - Appel à contribution - revue HispanismeS
09/07/2019 - Insinuer dans l'Espagne du Siècle d'Or - Université Montpellier 3 - 25/10/2019
09/07/2019 - Portes et seuils au Siècle d'or 2 : métaphores et symboles
10/07/2019 - Appel à contribution Supplément au numéro 8 de la revue TrOPICS dédié à La Tribuna (1883) d’Emilia Pardo Bazán
10/07/2019 - Le mouvement hippie dans le monde hispanique. Identités – Mobilités – Conflits – Héritages
11/07/2019 - La Guerre Civile espagnole : un hiéroglyphe toujours à décrypter ? Regards extérieurs sur un conflit national (1939-2019)
13/07/2019 - De la ville à la nation : continuité et ruptures dans l’histoire de la chanson espagnole contemporaine (XIXe -XXIe siècles)
13/07/2019 - Noir Caraïbe. 2ème Journée d'étude sur l'écriture policière dans la zone caribéenne
13/07/2019 - Poésique 19 « Traduire la chanson » (XVe –XXIe siècles)
14/07/2019 - Sexe majeur, sexe mineur ? « Les femmes qui pensent ne sont pas (toutes) dangereuses »
15/07/2019 - Cruautés et violences dans le conte et le récit bref / Crueldades y violencias en el cuento y l narración breve
15/07/2019 - II Coloque international « La Retirada et l'exil républicain espagnol en Bretagne, 80 ans après (1939-2019). Histoire, mémoire, création » (Canal U)
18/07/2019 - Réalisme(s) dans la fiction littéraire espagnole contemporaine (XIXe-XXe-XXIe siècles)
22/07/2019 - 5ème Université d’été en traductologie
01/10/2019 - Séminaire interuniversitaire Genre et Arts dans une perspective Poét(h)ique et Politique (GAPP)

Annonces

Aucun événement

Séminaires

Aucun événement
Aller au haut