Echanges, représentations et résistances dans le monde Afro hispano-américain Télécharger au format iCal
 
Les études sur les populations d'ascendance africaine dans les Amériques se sont concentrées sur trois grandes régions : les États-Unis, les Caraïbes et le Brésil. Dans le domaine de l'Amérique latine, quelques chercheurs pionniers ont ouvert la voie : Bastide, Herskovits, Ortiz, Nina Rodríguez et Jean-Pierre Tardieu . Parmi eux, les travaux de Roger Bastide, par exemple, mettent l'accent sur les syncrétismes et les interactions entre les systèmes culturels africains et indigènes pour comprendre les changements, la permanence et les relations entre les pratiques religieuses au Brésil et à Cuba. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, ce domaine d’étude n'a cessé de s'enrichir et de s'étendre grâce à d'importantes contributions qui étudient différentes régions d'Amérique hispanique telles que le Mexique (Aguirre Beltrán, Serna) ; l'Amérique centrale (Cáceres, Cunin, Duncan) ; les pays de la région andine, généralement imaginés comme métis ou indigènes, comme l'Équateur (Antón, Vera Acosta, Walsh), le Pérou (Tardieu, Arrelucea, Carazas) et la Bolivie (Angola, Crespo) ; ainsi que les pays du Cône Sud, considérés comme le produit d'un héritage et d'un métissage purement européen, mais dont le substrat africain est de plus en plus mis en évidence, par exemple, en Argentine (Andrews, Cirio). 
La Colombie représente un cas particulièrement intéressant dans ce domaine, puisque dans ce pays, les revendications sociales et politiques des personnes d'origine africaine ont inspiré de nombreuses études universitaires. La Constitution de 1991 a débouché sur un modèle multiculturel qui a rendu visibles les luttes des populations afro-colombiennes, Raizal et Palenquero, jusqu'alors réduites au silence. Cependant, des décennies auparavant, il existait déjà des expressions littéraires, culturelles et scientifiques d'afro-descendants comme Manuel Zapata Olivella et Delia Zapata, ainsi que celles de l'anthropologue marxiste Aquiles Escalante, qui ont été ignorées par l'académie colombienne et mises en lumière plus tard par l'anthropologue Nina S. De Friedemann (1984). 
Réfléchir à l'africanisme hispano-américain implique non seulement de se référer à l'histoire coloniale, mais aussi à des liens qui s’actualisent dans l'histoire culturelle récente. Les zones géographiques concernées sont très vastes, et c'est pourquoi il semble utile de créer des réseaux entre différents spécialistes et jeunes chercheurs qui contribuent au développement d'une perspective comparative. En ce sens, il nous semble important de promouvoir ces journées d'études afro- hispano-américaines à l'Université de La Réunion, située dans le territoire français (et européen) habité le plus austral. L'île de La Réunion a, comme l'Amérique hispanique, non seulement un héritage, mais aussi une présence vivante de manifestations et de représentations africaines qui inspirent et enrichissent la réflexion sur les études africaines en général ainsi que la connaissance des cultures de l'Océan Indien.
Parmi les questions qui inspirent ces journées d'études, nous pouvons citer : quels sont les déplacements et les emprunts culturels entre les deux continents ? Quelles sont les représentations artistiques et littéraires qui révèlent une présence africaine en Amérique hispanique, ses métissages, ses syncrétismes et ses transformations ? Comment se construit l'histoire et la lutte des populations Afro-américaines qui ont reçu une reconnaissance politique, sociale et culturelle tardive ou qui continuent à être invisibilisées et subordonnées ? 
Ces journées d'études sont ouvertes aux chercheurs de différentes disciplines des sciences humaines et sociales qui s’intéressent à ces questions. Elles accueillent des propositions sur les sujets suivants :
1. Représentations littéraires et artistiques du monde Afro hispano-américain 
2. Genre et identité afro hispano-américaine
3. Revendications ethniques et politiques
4. Danse, musique, carnaval et expressions de résistance 
5. Processus historiques, déplacements des populations Afro hispano-américaines (phénomènes afro diasporiques)
Lieu Université de La Réunion
Contact  ;
Les propositions de communication doivent contenir : un titre, un résumé de 200 à 300 mots (hors références bibliographiques), ainsi qu'une courte notice biographique.
Modalité hybride : des sessions « en présentiel » seront organisées dans les locaux de l'Université de La Réunion pour les chercheurs qui se trouvent sur l'île ou qui pourraient s'y rendre. Des sessions virtuelles seront organisées pour les chercheuses et chercheurs qui ne peuvent pas se déplacer.

Agenda

Février 2021
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28

Annonces

Aucun événement
Aller au haut